La Coupe du monde s’est déroulée, d’un point de vue technique, sans le moindre accroc. Mais la Russie de Poutine n’a montré que ce qu’elle a bien voulu donner à voir de sa réalité.

Il y aura deux vainqueurs à cette Coupe du monde. Soit la France ou la Croatie et puis Vladimir Poutine. Son objectif, lorsque la Russie s’est portée candidate à l’organisation du Mondial 2018, était d’abord de poursuivre son ambition d’asseoir la puissance de la Russie et d’étendre son rayonnement international à travers le sport. Il y avait également la volonté de faire venir les gens du monde entier en Russie, de leur présenter une certaine image du pays et que ces derniers rapportent cette dernière chez eux. L’idée consistait de cette manière à enjamber les-vilains-médias-occidentaux-qui-disent-que-du-mal de la Russie.

A lirePoutine n’est pas un grand amateur de football

Ce fut particulièrement caricatural avec les Anglais. Les médias russes ont passé leur temps à dégoter le bon supporter des Trois Lions, bière à la main : «Alors comment trouvez-vous la Russie ? Vos médias ont-ils eu raison de dire du mal de notre pays?» Bien évidemment le supporter hurlait au complot, à la désinformation et renversait sa «pale ale» sur la BBC et les journaux britanniques. Certes, les tabloïds n’ont pas mégoté sur..

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

  • 2002 FIFA World Cup Korea Japan