Les Bleus n’ont pas existé en première période, arc-boutés dans leurs 22 mètres face aux vagues irlandaises.

DUBLIN – On en a vu, depuis des années, des rencontres de l’équipe de France ; des minables, des grotesques. Mais juré, craché, on ne se souvient pas de Bleus autant dominés que ceux-là, dimanche à l’Aviva Stadium, en première mi-temps (19-0). Cinq secondes chipées dans les 22 mètres adverses en quarante minutes… Une désolation. On a réussi à sourire un instant – une perf dimanche – en songeant à Jacques Fouroux, sélectionneur entre 1981 et 1990 et mentor de Jacques Brunel, idole de Bernard Laporte, qui exhortait ses joueurs d’un : « Hachés ! Massacrés ! Assassinés ! » Fouroux, décédé en 2007, aurait pu gronder « hachés, massacrés, assassinés » de partout : en touche, dans les rucks, en défense.

Jacques Brunel l’a reconnu : il ne s’attendait pas à ça, même s’il savait les Irlandais forts. Encore en short et maillot, Guilhem Guirado s’est arrêté dimanche après le match dans une alcôve, près de l’auditorium : « J’ai eu un sentiment d’impuissance en première mi-temps. On n’a pas pu respirer, grimace le…

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale
Categories: Une Rugby, RUGBY

Commentez


  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.