Le capitaine héraultais, le troisième-ligne centre Louis Picamoles, a payé de sa personne pour faire tomber Toulouse, dimanche. (Photo E. Garnier/L’Equipe)

Le match : 66-15

Etait-il terminé avant de commencer ? Poser la question… Toulouse, qui en marre de perdre contre Castres (cinq défaites d’affilée, dont deux à domicile), veut tout donner face à son voisin la semaine prochaine. Du coup, il a fait l’impasse sur ce déplacement à Montpellier, avec pas moins de six joueurs (Guillaume Marchand, Gayraud, Castets, Pagès, Tauzin et Lebel) qui connaissaient leur première titularisation. Parmi eux, trois champions du monde des moins de 20 ans en juin (Marchand, Tauzin, Lebel), plus Romain Ntamack davantage habitué à ce niveau. Jetés dans le grand bain sans être vraiment entourés, on saura plus tard ce que ces jeunes en auront retenu.

Après un peu plus d’un quart d’heure d’intense domination montpelliéraine, l’affaire était pliée : 21-3 et carton rouge pour le capitaine toulousain Fa’asalele pour un plaquage cathédrale sur Ngandebe (17e). Puis 31-3 à la pause, avec cinq essais de Montpellier. La deuxième mi-temps, sous une fournaise toujours infernale, était moins linéaire au début, entre des Montpelliérains parfois imprécis et des Toulousains un peu plus accrocheurs. Mais évidemment largement dominés et écrabouillés. Comme prévisible, le score tournait à la farce, Montpellier franchissant la barre des 60 points. En face, Arthur Bonneval a réussi un petit exploit : marquer deux essais sans voir souvent le ballon.

10Comme le nombre d’essais inscrits par le MHR. Son meilleur total, bien entendu, cette saison. Louis Picamoles en a inscrit quatre, Nemani Nadolo et Benjamin Fall deux chacun. Ngandebe et Reilhac ont également marqué.

Le joueur : Louis Picamoles a rayonné

On aurait pu choisir presque tous les Montpelliérains, à commencer par Fall, Nadolo ou Pienaar, mais on a choisi Louis Picamoles. Le capitaine a inscrit quatre essais (dont le premier du match à la 3e) mais il a surtout joué juste, jamais sacrifié à la facilité. On avance, on donne, on avance. Bien sûr, l’opposition était d’une grande inconsistance, mais le numéro huit des Bleus s’est parfaitement occupé, dans la plus grande propreté. Et on l’a vu radieux comme rarement après son quatrième essai. Ovationné à sa sortie (76e).

Categories: Autres sports, Rugby, Une Rugby

Comments are closed.

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.