Mené à la pause, le XV de l’Afrique du Sud a réussi à battre l’équipe de France, au stade de France, ce samedi 10 novembre. Pragmatiques, les Springboks de Johan Erasmus sont venus à bout des Bleus grâce à un essai inscrit quatre minutes après le temps réglementaire (26-29). Un scénario symbole des difficultés de l’équipe de France et durenouveau de l’Afrique du Sud, à moins d’un an de la Coupe du monde au Japon.

Menée 23-9 en début de seconde période par la France, l’équipe d’Afrique du Sud a réussi peu à peu à se relever grâce à la botte de Handre Pollard (19 points), la fougue de ses ailiers Sibusiso Nkosi (un essai) et Aphiwe Dyantyi, mêlée à la puissance de son talonneur Bongi Mbonambi (un essai). Un cocktail victorieux qui a idéalement été servi par le virevoltant demi de mêlée Faf de Klerk, ignoré par l’ancien sélectionneur Allister Coetzee, mais rappelé par le nouveau chef d’orchestre sud-africain, Johan Erasmus, fier de cette belle remontée : « Nous avons montré du courage. Revenir après avoir été menés comme ça, c’est souvent dur. Les gars ont bien géré ces moments pour mieux supporter la pression. »

Celui que l’on surnomme « Rassie » a pris la tête des Springboks le 1er mars dernier après une triste année 2016, la pire de l’histoire de l’Afrique du Sud, et une année 2017 en demi-teinte (sept victoires dont quatre contre la France, quatre défaites et deux nuls).

Un septième succès de suite face à la France

Au regard des chiffres, Erasmus ne fait pas mieux que son prédécesseur avec ses six victoires et six défaites, mais il s’est offert une victoire de prestige en Nouvelle-Zélande le 15 septembre (36-34), la première en terre All Blacks depuis 2009, et vient de participer au septième succès de rang des Springboks face aux Bleus.

Comments are closed.

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.