La Fédération sénégalaise de football (FSF) affirme avoir obtenu gain de cause auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) dans les affaires l’opposant à ses homologues du Burkina Faso et de l’Afrique du Sud ainsi que dans son litige avec l’Association Jappo.
 Sur son site officiel, la FSF “informe avoir reçu notification des sentences arbitrales rendues par le TAS dans les différentes affaires dans lesquelles elle était citée par la Fédération burkinabè de football et la Fédération sud-africaine de football contestant la décision de faire rejouer le match Sénégal-Afrique du Sud, qualificatif à la Coupe du Monde Russie 2018”.

En dépit de la demande de la Fifa qui exigeait de faire rejouer la rencontre, arguant que le résultat avait été manipulé, les deux Fédérations avaient décidé de porter l’affaire devant le TAS.
Cette instance juridictionnelle s’est déclarée “incompétente” sur cette affaire, a déclaré la Fédération de football, ajoutant avoir aussi obtenu gain de cause dans l’affaire qui lui a valu d’être attraite devant le TAS par la société Jappo SA.
La société Jappo, dirigée par Djamil Faye, avait perdu le contrôle du club de Football de Guédiawaye au profit de l’Association Guédiawaye Football club.
“Dans cette dernière affaire, le TAS a rejeté l’intégralité des demandes de la Société Jappo SA de Monsieur Djamil Faye dirigées contre la Fédération Sénégalaise de Football notamment et a conforté la position constante de celle-ci dans ce dossier”, affirme l’instance dirigeante du football national.
“Dans les deux (02) premières affaires, le TAS s’est déclaré incompétent pour connaître des recours aussi bien de la SAFA que de la FBF ainsi que l’avait relevé la FSF”, peut-on lire.

Comments are closed.

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.