Lors de la Coupe du monde 2018, l’équipe nationale de football du Sénégal s’est montrée incapable de faire évoluer son jeu. Un manque d’imagination inquiétant qui révèle les limites actuelles du système mis en place par Aliou Cissé .

L’élimination des « Lions » dès le premier tour du Mondial russe est loin d’être oubliée. Si beaucoup pointent du doigt les joueurs, le sélectionneur national ne doit pas être ménagé. Aliou Cissé a montré ses limites durant cette 21e édition durant laquelle son équipe avait toutes les cartes en mains pour passer en huitièmes de finale.

Aucun projet de jeu depuis 3 ans

Mieux vaut le dire ouvertement, le technicien sénégalais est limité et il ne cesse de le montrer de campagne en campagne. Les sorties des « Lions » sont souvent marquées par une absence de force collective à l’image de l’équipe de France qualifiée en finale. Depuis sa nomination en mars 2015 à la tête de cette équipe, ses hommes n’ont jamais développé un jeu séduisant. Difficile d’aligner trois voire quatre passes sans que l’adversaire ne récupère la balle. « Je préfère mal jouer et gagner que de bien jouer et perdre », avait-il déclaré à la veille de la Coupe du monde.

Cissé préfère pourtant des huis-clos pour prouver à tout le monde qu’il cache son jeu, mais une fois sur le terrain, on ne sent pas ces nombreux galops fermés. Contre la Colombie par exemple, l’équipe ne pouvait même pas cadrer un coup franc contrairement aux Colombiens.  Dans l’ensemble, cette période interroge sur le style sénégalais. Même si l’équipe d’Aliou Cissé joue souvent en 4-3-3, elle n’a aucun projet de jeu jusqu’ici.

Des choix discutables

Des choix incompréhensibles dans les sélections, il y en a toujours eu. Leroy Sané, alors au top avec Manchester City, pas sélectionné par Joachim Löw avec l’Allemagne, par exemple. La raison du sélectionneur ? Un choix sportif. Au Sénégal, Aliou Cissé a fait de même en zappant Famara Diédhiou, Papy Djilobodji, Santy Ngom et Krépin Diatta. Des joueurs qui pouvaient beaucoup apporter à l’équipe en Russie vue ce qu’ils ont produit. Ils ont tous séduit avant le Mondial.

Pire, lors des matches, les choix de Cissé étaient difficiles à comprendre. Des changements sont à chaque fois programmés avec les entrées de Moussa Konaté, Cheikh Ndoye quelle que soit la tournure de la rencontre. Incompréhensible de voir l’attaquant d’Amiens devenir le choix numéro 1 devant Moussa Sow et Diafra Sakho celui qui a qualifié le Sénégal à la Coupe du monde. Ce qui cause l’absence d’automatismes et prouve les limites d’Aliou Cissé. Evidemment, oui.

igfm

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

  • 2002 FIFA World Cup Korea Japan