COLY SUR LA CAN 2019 EN EGYPTE « Ce sera différent des éliminatoires »

Ferdinand Coly est avant tout un footballeur. De surcroit international ayant porté 48 fois le maillot floqué de la tête de lion, entre 2000 et 2007.

Le défenseur aux dreadlocks a notamment pris part à la CAN 2006 en Egypte ou ses cadets vont dans quelques semaines disputer la 32eme Edition de ces joutes africaines (21 juin – 23 juillet)

Ferdy, quelle analyse faites-vous du groupe C de la CAN 2019 que le Sénégal partage avec l’Algérie, le Kenya et la Tanzanie ?

C’est un groupe qui est à notre protée. Je pense que le Sénégal, au pire des cas, pourrait terminer parmi les 4 meilleurs 3eme franchement, on a largement les cartes en mains pour passer même si l’Algérie qui se dresse sur notre chemin. Il faut tout faire pour ne pas avoir de regret à la fin du premier tout.

Le Sénégal est-il favori pour le titre a vos yeux ?

Quand on se fie au classement FIFA, on dit tout de suite que c’est normal. Mais, il faut voir le parcours qu’on a eu à faire pour arriver à ce stade-là. Je ne manque pas de respect à nos adversaires mais on n’a pas non plus joué contre les grandes nations du football africain. On s’est qualifié mais il faut s’attendre à jouer contre des équipes aguerries, des adversaires beaucoup plus sérieux.

Le Sénégal peut-il aller jusqu’au bout de la compétition ?

Le Pense que la CAN 2012 est encore fraiche dans nos mémoires. Donc, on ne se permettrait pas de commettre certains déboires. Cette équipe ne doit nullement être ridicule parce que, par le passé, le Sénégal a enregistré des échecs qui ont fait très mal. A chaque fois qu’on essaie de construire quelque chose, tout s’écroule. Aujourd’hui, l’équipe à l’expérience pour aller jusqu’au bout de cette CAN.

Selon vous, quel piège le Sénégal devraient elle déjouer ?

Je prends toujours pour exemple cette CAN 2012 ou on était archi favoris avec la meilleure attaque, meilleur défense pour ne pas dire qu’on avait une équipe meilleure partout. Mais ç l’arrivée, noua avons gagné aucun match. Ça a été un vrai avertissement. Aujourd’hui, l’encadrement doit bien évaluer le niveau de la phase de poules et celui de la CAN. Je ne dirais pas qu’en 2012, on a manqué d’humilité mais, je pense qu’il y avait ce déficit d’intensité dans les courses qu’il faudra relever ; mais aussi l’approche professionnelle des rencontres.

Comment le staff technique doit-il s’y prendre pour justement booster les joueurs ?

Ce sera en collaboration avec le staff médical dans son ensemble y compris les kinés. Ils prendront les joueurs au cas par cas. Ils mettront forcement l’accent sur la saison de tout un chacun par rapport au nombres de matches joués. Des tests physiques seront aussi au rendez-vous pour amener les joueurs au top. C’est toute une programmation qui se fera d’autant plus que les joueurs n’auront pas tous le même programme de travail pendant les entrainements. Si je prends l’exemple de Sadio Mané, il aura plus d’une cinquantaine de matches dans les jambes. Il jouera une demi-finale de la Ligue des Champions à quelques semaines du démarrage de la coupe d’Afrique. Donc, lui demander d’être au même niveau que les autres relèvera de l’utopie. On ne faut pas lui demander de se remobiliser sur le champ. Il y aura un état de fraicheur pour ne pas dire de pression qui va redescendre. Alors, il faut faire avec.

Comment le Sénégal doit il se comporter devant l’Algérie qu’il va rencontrer 3 fois de suite en phase finale de la CAN ?

 Il y a une chose qui est sure : On est connu et reconnu. Tout le monde connaît bien les joueurs du Sénégal. Par conséquent ils doivent se surpasser. Contre le Sénégal, les équipes ont toujours envie de faire le match de leur vie. Mais nos joueurs doivent rester concentrés et ne doivent nullement s’économiser physiquement. L’engagement doit toujours être de mise. Il faudra faire comprendre à l’adversaire que nous avons tout le potentiel pour nous imposer. Partant de la, le Sénégal doit toujours imposer le rythme avec lequel il compte jouer.

En 2004 en Tunisie, vous avez avec les Lions joué contre le Kenya. N’est ce pas une équipe redoutable ?

Ils ont un football porté vers l’avant. On a aussi eu à jouer contre l’Ouganda en 2012 avec Joseph Koto. C’est le style de football de tout l’Afrique de l’Est. Ils ont une philosophie de jeu. Mais pour cette CAN 2019, on est prétendant au titre. Cela aussi est un avantage puisque les équipes seront attentistes et il nous reviendra d’imposer notre jeu. Il ne faut absolument pas laisser l’initiative à l’adversaire.

Des observateurs pensent que le Sénégal n’est bon que quand il est dos mur. Mais à chaque fois qu’il est cité parmi les favoris, il traine les pieds …

Justement, c’est pourquoi je tiens à avertir les joueurs que les matches des éliminatoires est différents de ceux de la phases poules qui sont aussi différents des matches ç élimination directe. Le niveau du tournoi final est beaucoup plus haut que ça. J’espère que les joueurs en sont conscients. Ils doivent s’attendre à des matches de haut niveau pleins d’intensité. J’ai récemment vu RDC-Zimbabwe si mes souvenirs sont bons. J’étais personnellement surpris du niveau technique, mais surtout le l’engagement et de la vivacité des joueurs de part et d’autre. Le Sénégal est averti.

En Egypte, le Sénégal n’aura pas de distance à parcourir pour ses séances d’entrainement. N’est ce pas une aubaine pour tout le monde ?

On sait que dans ce genre de compétition, la proximité entre le terrain d’entrainement, le terrain de la compétition et l’hôtel est d’une importance capitale. Se taper 3 voire 4 heures de route après chaque match serait un calvaire infernal. C’est un bon atout et il faut dire bravo aux dirigeants qui ont eu la clairvoyance de leur lieu de résidence. Ce n’était pas du tout évidents. Loger aux alentours du stade est une bonne chose.

Aliou Cissé est-il sur la bonne voie ?

On le lui souhaite même si on ne peut pas savoir. On peut avoir des incertitudes et au moment de la compétition voir que tout à changé favorablement pour nous. Je souhaite qu’il valide ses quatre ans à la tète de cette équipe par un succès en Egypte. Il le mérite franchement. Il a le potentiel et je pense que les dés vont bientôt être lancer parce qu’on a envie de rêver. Et, on espère qu’on aura la possibilité de toucher ce trophée qui nous fuit depuis des lustres.

 SPORTSENEGAL.NET.record

 

You May Also Like

About the Author: sport

Pin It
[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :