Club robotique Sabs : «Nous avons besoin du soutien de l’Etat»

Ils ont participé à la Coupe du monde robotique 2019 à  Dubaï, pour représenter  les couleurs du pays, en octobre dernier. Mais, malheureusement, ils n’ont pas remporté la compétition.
Il s’agit du Club de robotique Sabs. Une équipe qui montre un nouvel apprentissage de l’informatique et des technologies à l’école bilingue Sabs. L’établissement œuvre dans une démarche de transformation pratique pédagogique à travers l’outillage et la formation, pour donner à ses  élèves tout ce qui est compétences qui vont les faire réussir dans le monde moderne.
Le club a d’ailleurs participé à six compétitions locales comme internationales. Mais, selon les responsables de l’équipe, ils n’ont pas le soutien de l’Etat.
C’est pourquoi ils ont organisé  une conférence  de presse hier, mercredi,   pour lancer leur cri du cœur.
«Au-delà de l’enseignement scientifique, Sabs valorise  les activités extracurriculaires. Le club de robotique en est un exemple.  Il a eu a participé, tout récemment, à la Coupe du monde de la robotique à Dubaï, où notre club a représenté tout le Sénégal.
 Mais on n’a pas gagné la coupe», révèle Ousmane Bakhoum, moniteur du club.
«Malheureusement, nous ne sommes pas accompagnés par notre pays. Si l’Etat affiche une politique de promotion de la science, il faut que cela puisse être accompagné par des moyens.»
A côté de cette plaidoirie, le club veut que cette discipline qu’est la robotique soit une activité enseignée, partagée dans les autres établissements.
«Il faut que l’Etat mette en place un championnat inter écoles où les établissements vont compétir entre elles. On pourra y sortir des champions pour mieux faire face à ce qui se fait au niveau mondial. Et nous sommes prêts à partager notre savoir», rassure  Ibrahima Niane, l’un des responsables du club.

You May Also Like

About the Author: sport

Pin It
[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :