Choix des hommes, système de jeu,… : La méthode gagnante de Aliou Cissé

Avant les matchs des Lions contre le Congo et l’Eswatini en éliminatoires de la Can 2021, d’aucuns pensaient qu’avec la convocation de quelques nouveaux, Aliou Cissé allait révolutionner son onze préférentiel. Mais c’est mal connaître le sélectionneur qui est un conservateur pur et dur.

Convoquer de nouveaux joueurs ne leur garantit pas une première sélection en Equipe nationale A. Surtout quand le patron de la Tanière s’appelle Aliou Cissé.
En effet, en décryptant la «méthode Cissé», on peut aisément en déduire que le sélectionneur n’est pas un adepte de la «révolution de Palais». Du coup, ceux qui s’attendaient à de grands chamboulements par rapport à son onze préférentiel suite à la convocation de quelques nouveaux et au retour de certains, ont dû déchanter.

Cissé tient au respect de la hiérarchie
Car en fait, c’est mal connaître Aliou Cissé qui est un conservateur pur et dur et qui tient beaucoup au respect de la hiérarchie qu’il s’est lui-même définie au sein de la Tanière.
Et sous ce registre, le cas le plus patent est celui des deux gardiens de but, Edouard Mendy et Alfred Gomis, qui pour bon nombre d’observateurs sont en concurrence. D’où un turnover dont on pouvait s’attendre.

Edouard Mendy reste et demeure le numéro un dans
les buts
Mais à la lecture des deux matchs joués contre le Congo Brazzaville (2-0) et l’Eswatini (4-1), les choses semblent claires : Edouard Mendy reste et demeure le numéro un dans les buts de l’Equipe nationale et quelles que soit les performances de Alfred Gomis que d’aucuns considèrent actuellement comme le meilleur portier de Ligue 1 française. Et ceux qui soutiennent une telle position sont d’autant plus à l’aise que le portier de Dijon avait valablement remplacé Edouard Men­dy dans les buts lors de la Can égyptienne.

Kouyaté a toujours la confiance de Cissé, malgré…
Le cas de Cheikhou Kouyaté vient aussi renforcer cette démarche du sélectionneur toujours très à cheval sur la hiérarchie. Souvent critiqué par rapport à ses prestations très moyennes au niveau de l’axe central de la défense des Lions, Kouyaté, en l’absence de Salif Sané, continue toujours d’avoir la confiance de Cissé ; même si ce dernier lui a retiré le brassard au profit de Kalidou Koulibaly. Et ce n’est pas Naby Sarr qui dira le contraire. Convoqué pour la première fois, le fils de Boubacar Sarr Locotte, pourtant bien parti pour jouer un des matchs suite au forfait de Sané, devra patienter avant de signer sa première apparition chez les Lions. Evidemment, on pourrait parler de «choix forts» contre le Congo avec les titularisations de Sidy Sarr et Habib Diallo. Mais ces derniers avaient déjà humé l’air de la Tanière.
Au niveau du système de jeu, le coach des Lions reste fidèle à son dispositif fétiche : le 4-3-3. Et surtout ne lui parler pas de «défense à trois». Et concernant son coaching, le sélectionneur continue d’éviter les changements «fast track».
Evidemment, cette «méthode Cissé» a des limites, surtout si on sait que tout ce qui est figé peut, par exemple, retarder ou étouffer l’éclosion de jeunes talents. Mais Aliou Cissé pourrait répliquer en prenant exemple sur Krépin Diatta qu’il a lancé au bon moment. Permettant au joueur de Bruges de s’affirmer au milieu de ses aînés. Allant même jusqu’à porter l’équipe ; comme dimanche contre l’Eswatini.
Du coup, ce n’est pas demain que l’imperturbable «Coach Cissé» va enlever son costume de conservateur…

You May Also Like

About the Author: sport

Pin It
[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :