SPORTSENEGAL.COM-Auteur d’une belle saison avec son club Ferrol-Girona, Astou Traoré affiche son ambition de gagner la finale qui l’oppose à Salamanca. Une rencontre que la Lionne veut gagner. Dans cet entretien, elle est revenu sur son trophée Anps, sa saison en Espagne, ses ambitions et tout.

TROPHEE ANPS

«Je n’ai raté qu’un seule rencontre. Et c’était lors de ma remise de mon trophée meilleure sportif de l’année par l’Anps e décembre dernier. Le club voulait me virer, mais je leur avais dit que j’étais prête à prendre le risque car ce trophée représente beaucoup à mes yeux. C’est quelque chose de grand pour moi. Et finalement, ils ont compris ma position et m’ont autorisé à me rendre à Dakar. Hormis cette rencontre, j’ai presque disputé tous les autres matchs ».

DIFFERENCE ENTRE SUISSE TURQUIE ET ESPAGNE

 

«Je peux vous dire que le championnat turc est le plus difficile. C’est plus physique avec beaucoup de contacts du fait de la présence de beaucoup de joueuses américaines. Je peux dire que je suis performant car à mon retour de l’Afrobasket, j’étais en  forme. Et cela m’a beaucoup aidé dans mon intégration. Au début, je jouais beaucoup avant de perdre ma place. Je n’ai pas compris, mais comme c’est le choix du coach, il faut le respecter. D’ailleurs, j’ai recommencé à jouer plus. Voilà. Je suis en concurrence avec une américaine, mais on ne joue pas à la même poste. Elle joue 4 costaud qui ne saute pas beaucoup, contrairement à moi qui saute beaucoup, shoote et je joue en un contre un. Et parfois je sors du banc pour régler la situation et au final, il était obligé de me faire jouer. En Europe, il y a une complexe pour les américaines, contrairement à nous africaine qui donne tout sur le terrain.

PERFORMANCE EN CLUB

«Je n’ai pas ça en tête, mais les gens disent que je suis la seconde meilleure marqueuse de notre équipe derrière notre poste 5 qui reste la première. Pour la ligue, je suis la troisième meilleure marqueuse au niveau des trois points. Le meilleur au niveau des rebonds n’est pas dans notre club »

RELEVE

«Bien sûr. Il y a beaucoup de joueuses dans le championnat sénégalais qui peuvent nous remplacer surtout moi. Je pense que nous avons tous appris les rudiments de cette discipline au Sénégal. Il est temps donc de faire un mélange entre les jeunes et les jeunes pour une bonne sélection afin de permettre à ses jeunes d’acquérir de l’expérience. Car le passage en témoin doit se faire progressif et non par une rupture brusque. Pour moi, ça sera la seule façon de les montrer la voie.

AVENIR

«Dieu seul sait. Comme pour le moment, je suis bien sur le plan physique, je compte jouer encore des années, mais je ne sais pas pour combien de temps ».

ADVERSAIRE SENEGALAUSE EN ESPAGNE

« J’ai eu affronté deux sénégalaise dans le championnat espagnole. Il s’agit de ma sœur Coumba Sarr et l’autre une jeune sénégalaise, né en Espagne. Je ne connais pas son. Elle est bonne qui joue en 5. D’ailleurs, je l’ai taquiné en lui disant de venir jouer pour le Sénégal, elle m’a répondu qu’elle était prête, mais elle ne connaissait pas les joueuses, mais je vais prendre son numéro pour le remettre a staff technique des Lions pour voir au cas où ».

FINALE

«Il faut avant tout la jouer pour la gagner. L’équipe Salamanca que nous allons affronter est comme une bête pour nous. Elle nous a battus trois fois cette saison. Donc il faut mettre fin à cela et surtout montrer notre talent. Une finale ne se joue pas, mais ça se gagne ».

SPORTSENEGAL.COM

Categories: Basket, une, Une Basket, UNE DU JOUR

Comments are closed.

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.