Athlétisme : Stockholm, dernier test avant les Mondiaux de Pékin

ahoure

Qui est déjà en forme ? Qui ne l’est pas encore ? Ce seront les deux seules questions qui comptent, le plateau proposé dans la capitale suédoise n’étant sans doute pas le plus éblouissant que le circuit majeur d’athlétisme propose cette année. Mais entre la hauteur messieurs, le 110 m haies et le sprint féminin, un certain nombre de projections vont pouvoir être établies, avant les Mondiaux de Pékin (22-30 août).

Depuis le début de l’année, un homme semblait régner sur la hauteur masculine. Le Qatari Mutaz Essa Barshim trônait sur la discipline, avec 2,41 m franchis à Eugene (Etats-Unis) le 30 mai. Mais l’été est depuis passé par là, et les doutes se sont immiscés chez le meilleur performeur mondial, que d’aucuns présentent comme le plus apte, un jour, à faire tomber le vieux record du monde du Cubain Javier Sotomayor (2,45 m en 1993). Cela fait désormais trois concours Ligue de diamant que le Qatari a perdu de la hauteur.

Mutaz Essa Barshim en quête de confiance

Entre Oslo, Paris et Londres, Barshim a livré des prestations décevantes (3e, 5e, 3e), agrémentées de performances en dessous de son potentiel (pas plus haut que 2,33 m).
Fatigue due à la préparation ? Pression psychologique à l’amorce des Championnats du monde ? Stockholm doit fournir de nouveaux éléments d’analyse. D’autant que la concurrence ne se cache pas, à l’image du Canadien Derek Drouin, auteur d’un concours à 2,37 m le week-end dernier à Toronto.

Depuis le début de saison, le 110 m haies est lui aussi une des disciplines les plus denses du cirque athlétique. Le champion du monde 2013 à Moscou, l’Américain David Oliver, affiche une belle régularité. Son prédécesseur en 2011, son compatriote Jason Richardson, s’est, lui, rappelé au bon souvenir de tous en s’imposant à Londres le week-end dernier. Et où en est Aries Merritt, champion olympique et recordman du monde supersonique (12 s 80) ? On ne le saura pas, car l’Américain a finalement déclaré forfait en dernière minute mercredi…

La course sera pourtant d’autant plus intéressante que la nouvelle garde, symbolisée par le Cubain fraîchement naturalisé espagnol, Orlando Ortega (meilleur performeur mondial en 12 s 94), et le Français Pascal Martinot-Lagarde (vainqueur de la Ligue de diamant de la discipline l’an passé) seront en Suède.

Fraser-Pryce terreur du 100 m

En sprint féminin, la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce sera la tête d’affiche du rendez-vous sur 100 m. La « Bolt au féminin », triple championne du monde à Moscou (100, 200 et 4 × 100 m), a signé la meilleure performance mondiale de la saison à Paris (10 s 74), au début du mois de juillet. Elle n’a d’ailleurs plus couru depuis. Mais contrairement à son compatriote Usain Bolt, en manque de compétition mais qui ne se produira sans doute plus sur le circuit avant Pékin, elle a choisi de courir une dernière fois. Question d’affirmation sans doute.

Pour le reste, et compte tenu des conditions météorologiques attendues, il ne faut pas s’attendre à de très hautes performances. Le Français Christophe Lemaitre, forfait sur blessure pour le 200 m, aurait sans aucun doute aimé se rassurer de nouveau si près de l’échéance mondiale. Il faudra faire sans et Stockholm se présente donc ainsi : si près, si loin de Pékin.

lemonde

You May Also Like

About the Author: sport

Pin It
[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :