ASSANE NDIAYE AFFICHE SES AMBITIONS : «Je veux Modou Lô-Ama ou Balla Gaye-Boy Niang»

e coût de l’arène nationale n’est pas cher, c’est plutôt ce que réclame le Cng qui est exagéré»

«Aucun promoteur ne peut payer 150 ou 100 millions à un ténor»

« Les espoirs qui s’exilent ne font plus recette»

La structure Baol Production voit grand pour cette saison. Assane Ndiaye, dans cet entretien téléphonique, revient ici sur le bilan de la saison écoulée et affiche ses ambitions pour cette année. A l’en croire, les combats Balla Gaye-Boy Niang ou encore Ama Baldé-Modou Lô sont dans sa ligne de mire. Contrairement au collectif des promoteurs qui trouve le coût de l’arène nationale trop cher, Assane rame à contre-courant. Selon lui, ce sont plutôt les frais d’organisation que réclame le Cng qui sont élevés, pas le coût de l’arène nationale.

Les Echos : Quelle a été le but de la rencontre entre promoteurs et responsables des écuries ?

Assane Ndiaye : C’est dans le cadre d’un partenariat entre nous et les présidents des écuries, pour mieux gérer les contrats, que la réunion s’est tenue. Le but est de permettre aux responsables des écuries d’être imprégnés des contrats que signent leurs lutteurs, pour éviter des malentendus comme cela se faisait dans le passé. Une requête que nous avons acceptée volontiers. C’est une bonne chose d’établir un lien avec les responsables des écuries pour effectuer un travail dans les règles de l’art.

Comment jugez le refus du Cng par rapport aux revendications des promoteurs ?

Je dis tout le temps que ce n’est pas difficile d’organiser à l’arène nationale. Le coût n’est pas cher, comme les gens le pensent. Pour moi, le problème est simple : ce sont les frais d’organisation que le Cng réclame à hauteur de 475 mille ou 400 mille Cfa qui posent problème. Sans oublier la location du stade (500 mille francs Cfa) et la sécurité (500 mille Cfa), alors qu’on payait 100 mille à Iba Mar, je pense que c’est ça le gros du problème. Les gens font de l’amalgame. Il faudrait donc tenter de diminuer le prix pour la sécurité, car avec certains petits combats, on n’a pas besoin de 100 éléments de la police. Pour moi, 50 peuvent faire l’affaire avec un coût de 250 mille francs et l’autre moitie peut servir à autre chose. Je recommande donc au Cng de baisser les frais d’organisation à 250 mille pour le bien de tout le monde.

Donc vous ne partagez pas l’avis du collectif des promoteurs qui trouve que le coût de l’arène nationale est trop cher…

Chacun a son avis bien tranché sur le sujet. Mais pour moi, il faut maitriser le sujet pour bien en parler. Quand on organisait au stade Iba Mar, on paie plus de 475 mille Cfa, sans compter le sable, la sonorisation et autres qu’on doit trouver. Alors que l’arène nationale a tout. Je le dis et je le répète, l’arène nationale n’est pas chère, ce sont les frais d’organisation que réclame que le Cng qui sont exagérés. Si c’est un grand combat, la location de l’arène nationale pour moi vaut bien 500 mille Cfa, tout comme la sécurité, mais pour les petits combats, c’est trop.

Quels sont vos projets pour cette saison ?

Je suis prêt à gâter les amateurs de lutte. C’est devenu une obligation de satisfaire le public et je le dis ici, je le ferai s’il plait à Dieu. Ma saison va démarrer le 29 décembre au stade Iba Mar avec 5 combats succulents comme Tapha Mbeur-Alioune Sèye JR, Diomaye-Boy Bogale, Tiatou Montagne-Bébé Gouy-gui et Cie. Jusqu’à la fin de la saison, je vais organiser chaque mois un gala de lutte avec soit un combat espoirs ou un combat choc. C’est une promesse et je compte la tenir. Chaque mois, les supporters auront un évènement. L’année dernière, il y avait beaucoup de contraintes à cause de la Can, des élections, entre autres événements, de sorte qu’on n’a pas voulu prendre certains risques. J’ai été très prudent cette année, mais nous allons offrir aux amateurs ce qu’ils attendent, des belles affiches.

Quels commentaires faites-vous de la fermeture prochaine du stade Iba Mar ?

Ce n’est pas un problème. Le stade, on nous l’avait prêté, maintenant que l’Etat en a besoin, on ne peut que se plier à cette décision. Nous avons une arène nationale. Que ceux qui peuvent y organiser le fassent, sinon ceux qui ne le peuvent pas, ce n’est pas la fin du monde. Pour le moment, il n’y a qu’un seul combat qui est ficelé, mais ne vous inquiétez pas, les autres affiches arrivent. Les budgets des sponsors d’habitude sortent au mois de janvier, raison pour laquelle je vous dis que les combats vont voir le jour bientôt.

Est-ce que cette année vous allez monter des combats chocs ?

Absolument ! Je suis en phase de réflexion avec mon staff et mes partenaires pour voir comment organiser des combats de rêve cette saison. Et s’il plait à Dieu, je vais organiser deux combats chocs cette année.

On parle des combats Balla Gaye 2-Boy Niang, Ama Baldé-Modou Lô etc. Lequel préfériez-vous ?

Je veux tout ! mon souhait est d’offrir ces duels aux amoureux de la lutte. Et je suis en pourparlers avec mes partenaires. Cette année, je veux deux combats chocs et 8 journées pour les espoirs. Tous les ténors sont dans ma ligne de mire. Les amateurs veulent des combats de feu et on veut les servir.

Est-ce que vous êtes prêt à payer 150 ou 100 millions à un ténor ?

Jamais ! j’entends souvent qu’un lutteur réclame 100 millions ou 150 millions, c’est juste pour amuser la galerie. Mais les vrais acteurs de la lutte savent qu’il est impossible de payer 150 millions francs Cfa à un ténor. Ils méritent plus, mais les choses ont changé dans l’arène avec le retrait des gros sponsors. Il n’y a plus cet argent. Donc, je ne vois pas qui pourrait leur payer ces sommes. Comme le dit un adage, si on n’a pas ce qu’on l’on veut, on se contente de ce qu’on l’on a. C’est tout.

Que pensez-vous de l’exil des espoirs à défaut d’avoir un combat ?

Les lutteurs qui partent ne font plus courir les promoteurs. Ils ne font plus recette. On ne monte plus leurs combats, car ils n’ont plus de public. S’ils restent, ils ne vont pas lutter, donc partir à l’étranger pour tenter leur chance est la solution pour eux. Ce n’est pas un problème. Cela n’enlève en rien le charme de cette discipline. Les combats sont plus succulents, moi je ne m’inquiète pas.

You May Also Like

About the Author: sport

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :