Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Lors d’un entretien avec France Football, l’attaquant des Lions Diafra Sakho revient un peu sur son enfance entre le Sénégal et la Guinée-Bissau.

”C’est un peu difficile d’en parler. Une enfance faite de haut et de bas comme dans toutes les familles africaines. Ça m’a permis de me forger. C’est dans des moments de ce genre qu’on grandit et qu’on devient un homme. Mon père était chauffeur routier, ma mère femme au foyer. Mon oncle était le président de la chambre de commerce de Guinée-Bissau. C’est pour cela que j’ai habité et grandi là-bas dans un premier temps.

Comme mon oncle était un commerçant important, tout le monde dans la famille travaillait pour lui. D’ailleurs, tous mes frères sont nés dans ce pays.

Lors  de la guerre en Guinée- Bissau, en 1998, je suis allé vivre chez mes grands-parents, au Sénégal. En 2003, j’ai rejoint ma mère à Dakar.

Le foot? Avant, j’aimais bien faire de l’athlétisme, avec le 200 ou le 400 mètres . Quand je suis arrivé à Dakar, j’ai disputé des matchs de quartier au poste de numéro 6, jusqu’à  être recruté par Génération foot.

Parlant de son premier voyage en France

” Je m’en rappelle très bien: le 5 décembre 2007. J’étais en t-shirt, il faisait froid. Dans l’avion, tous les gens étaient en manteau et me regardaient….(il ne finit pas sa phrase) C’était difficile. J’ai voyagé le même jour que Fallou Diagne( encore à Metz aujourd’hui) ainsi qu’un ami à moi. On a fait le trajet ensemble. Je me rappelle: j’avais leurs passeports, j’étais le guide”.

 

Categories: Football, Une Football
  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

  • 2002 FIFA World Cup Korea Japan