Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Depuis plus d’un an, le milieu de terrain  sénégalais de 27 ans, Stéphane Badji, n’a pas été convoqué en sélection par le coach Aliou Cissé. Et pourtant, il était présent aux trois premiers matchs qui ont suivi la nomination de l’ancien capitaine des Lions de l’équipe nationale.

Depuis son retour à Bosphore (après Basaksehir février 2015 – février 2016), en 15 journées, Staphane Badji a inscrit un but et disputé 15 rencontres, dont 14 titularisations soit 1266 minutes de jeu. Peu de joueurs Sénégalais peuvent se targuer d’une telle régularité.

Dans un entretien accordé à nos confrères du quotidien Stade, l’ancien pensionnaire du Casa Sport dit ne pas comprendre qu’il soit mis à écart. Il n’a pas manqué d’évoquer son départ d’Anderlecht et sa nouvelle vie à Kayserispor.

« Ici à Kayserispor les choses vont super bien.  C’est différent d’Anderlecht. Je suis respecté et je joue tous les matchs. Le club m’a fait savoir dès mon arrivée qu’on comptait beaucoup sur moi. Les dirigeants et le staff me font confiance. J’ai de la considération ici  et je ne me plains pas », a d’abord indiqué Steph.

Revenant sur son absence en équipe nationale depuis un bon bout de temps, il indique ne rien savoir sur cette situation. « Je ne suis pas le sélectionneur. Je suis à la disposition de l’équipe nationale. Si on m’appelle je suis prêt à répondre. Au cas contraire, je continue à travailler dans mon club », fait entendre Stéphane Badji.

« La sélection en équipe nationale c’est pour les meilleurs. Peut-être que certains sont plus performants que moi. Il fut un temps j’étais régulièrement convoqué en sélection. J’ai disputé beaucoup de matchs en équipe nationale  comme milieu de terrain[…], c’est quand j’ai commencé à prendre mes repères au milieu que je ne suis plus appelé en équipe nationale », a expliqué l’ancien du Casa Sport.

De poursuivre : « J’ignore les raisons pour lesquelles je ne suis pas  appelé en sélection nationale. Le coach fait ses choix. Il est plus habileté a en parler. Je suis un joueur qui répond aux convocations quand on l’appelle. J’aurai aimé être sélectionné comme tout joueur. Si le coach m’avait appelé pour me dire que ‘tu as fait une mauvaise prestation, c’est pourquoi je ne te prends pas’, là j’aurai compris ».

Parlant de la poule du Sénégal au mondiale, le joueur de Kayserispor a simplement fait savoir que « le foot a beaucoup évolué. Qu’aucune équipe ne vaut mieux qu’une autre. Tous les matchs se gagnent sur le terrain. Dans cette poule c’est 50% pour chaque équipe. Il faudrait se battre à fond pour gagner chaque équipe ».

« Aujourd’hui le Sénégal a de grands joueurs, s’ils y croient, on peut aller loin dans cette coupe du monde 2018. Encore une fois tout se passe sur le terrain. Il faudra y aller sans complexe, mais avec humilité. Il faut compter sur ses propres forces et se battre, quel que soit l’adversaire en face » a précisé en conclusion Stéphane Badji.

Comments are closed.

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

  • 2002 FIFA World Cup Korea Japan