Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Sa prestation avec le XV de France face à la Nouvelle-Zélande, samedi 11 novembre, a marqué les esprits. Antoine Dupont (21 ans, 4 sélections), a confirmé tout le bien que l’on pensait de lui face aux All Blacks en relançant les Bleus pour éviter une belle déconfiture (18-38). Il devrait être un des piliers des prochaines sélections tricolores. Son prochain rendez-vous : l’Afrique du Sud le samedi 18 novembre au Stade de France.

Le demi de mêlée du Stade toulousain a été de très loin le meilleur Tricolore face aux All Blacks le samedi 11 novembre au Stade de France « On a vu les qualités individuelles d’Antoine, capable de faire de grosses différences avec peu de choses. Il progresse », a souligné le sélectionneur Guy Noves. Antoine Dupont a souvent franchi la défense de la Nouvelle-Zélande et fait avancer les Bleus.

Surnommé le « taureau furieux »

Formé à Auch, le joueur considéré comme vif, percutant, précis et bon défenseur fait un très bon début de saison avec Toulouse en Top 14. « Je suis très content de ma première titularisation, mais forcément déçu par le résultat », avait résumé celui qui fête ce 15 novembre ses 21 ans. Elu révélation du Top 14, Antoine Dupont, qui a près de 70 matchs de Championnat de France et de Coupes d’Europe à son actif, avait seulement trois bouts de match en Bleu. C’est au Castres Olympique, pendant trois saisons, que le « gamin »  s’est progressivement révélé au grand public avant de signer à Toulouse.

Surnommé le « taureau furieux » par son ex-entraîneur Christophe Urios, ce perfectionniste garde la tête froide. «  Je sais que je suis un peu plus mis en avant que d’autres, que la presse parle beaucoup de moi. Les médias, dès qu’un jeune fait un ou deux bons matchs, vous présentent comme le nouvel espoir du rugby français », dit-il. « J’ai fait pas mal d’erreurs aussi : un jeu au pied contré, un jeu au pied trop long, un ballon dans les 22 m où je me fais attraper sur le bord du ruck, la passe est mauvaise et on perd un ballon très important », a-t-il énuméré avec précision après la rencontre face aux All Blacks. Le demi de mêlée passé par Castres va sûrement être mieux surveillé par les futurs adversaires des Bleus.

Le virus du rugby à 4 ans

Né à Lannemezan dans le département des Hautes-Pyrénées, Antoine Dupont a commencé le rugby à Castelnau-Magnoac. Une grande partie de sa famille a tâté du ballon ovale, mais il est le seul à être devenu professionnel.

« Le rugby, c’était notre activité favorite, se souvient pour nous son frère Clément. Il avait des facilités par rapport à tous les copains. Il avait pourtant un plus petit gabarit, mais il avait envie de réussir. Enfant, il pouvait jouer des après-midi entières. Il rêvait très jeune de devenir professionnel. A 3 ou 4 ans, il voulait venir jouer avec moi et ma mère a cédé. »

« Le voir jouer face à la Nouvelle-Zélande c’était une grande émotion. On n’a jamais manqué un de ses grands moments », ajoute l’aîné. Il continue : « Sa force, c’est sa lucidité. Il est conscient de ses capacités, mais surtout il prend du plaisir à jouer au rugby. Il aime gagner les duels et il travaille beaucoup. Il est très à cheval sur son hygiène de vie. C’est un garçon sérieux très assidu. »

« Petit, il avait déjà l’âme d’un gagnant »

« C’est un gars très humble, discret », raconte Jo à RFI. Celui qui tient le bar de la grand-mère d’Antoine Dupont à Castelnau-Magnoac se souvient d’un garçon qui avait constamment un ballon de rugby dans les mains, dès le plus jeune âge. « Le soir, il jouait avec son frère sous la tonnelle. Je me souviens qu’il n’aimait pas perdre. Petit, il avait déjà l’âme d’un gagnant. Avec les amis, nous avons regardé la rencontre face à Nouvelle-Zélande et on peut dire qu’il a ébloui l’écran. Il a énormément progressé et mûri », avance Jo.

Aujourd’hui, « Toto », son surnom dans le vestiaire, sait le chemin qui lui reste à faire pour rester dans la cour des grands. « Il y a beaucoup de jeunes qui montent, mais qui descendent presque aussitôt. Le plus dur au haut niveau, c’est de durer », avouait Antoine Dupont il y a quelques mois.

Categories: Rugby, Une Rugby

Comments are closed.

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

  • 2002 FIFA World Cup Korea Japan