Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Aliou Cissé levant la main en signe de remerciements aux supporters des Lions du Sénégal

La qualification des Lions du Sénégal au Mondial « Russie 2018 » est le fruit de plusieurs facteurs endogènes. Un jeune technicien local à l’expertise avérée, des joueurs qui cohabitent depuis plusieurs années dans la Tanière et un public toujours collé à l’équipe. Un ensemble de facteurs qui ont permis de révéler un groupe, une nouvelle génération, qui voulait écrire sa propre histoire.

Rien n’est plus belle que la victoire, rien n’est plus belle que la qualification ; le reste n’est que superlatif, disait un célèbre entraîneur. Un beau jeu sans victoire, c’est comme un puits sans fond. Le peuple voulait la victoire et la qualification, les Lions ont satisfait à cette doléance.

C’est sous cet angle qu’il faut analyser la prestation d’ensemble des Lions. Depuis le début de ces éliminatoires en octobre 2016 contre le Cap Vert, jusqu’à leur terme, Cheikhou Kouyaté et ses coéquipiers ont toujours été constants dans leur marche vers la qualification. Six matches disputés, quatre victoires, deux nuls ; on ne peut pas demander plus à une équipe à qui on a exigé la qualification. En tout cas, les supporters des Lions étaient aux anges au coup de sifflet final de l’arbitre éthiopien Bamlaku Tessema Weyesa qui mettait fin à cette 6e et dernière journée du groupe D des éliminatoires de la coupe du monde « Russie 2018 ».

Ces supporters avaient promis de faire une démonstration de force au stade Léopold Sédar Senghor lors de la venue des Bafana Bafana ; une manière à eux de remercier les Lions pour leur victoire précieuse obtenue à Polokwane cinq jours plutôt. Et, ils ont tenu parole en prenant d’assaut le mythique stade du Père Léo ; car à quelques minutes du coup d’envoi, il ne restait plus de places dans ce gigantesque stade, alors qu’en ce moment, un monde fou se bousculait dehors pour tenter de renter dans une enceinte en ébullition. D’un côté, les supporters du 12e Gaïndé, de l’autre ceux du comité Allez Casa dans une ambiance électrique. Et pour mieux exprimer leur reconnaissance à ce public qui s’est toujours collé à eux, les Lions ont effectué un tour d’honneur pour dire merci à chaque tribune (les 2 virages plus la couverte et la découverte)

dans un véritable standing ovation. C’est dire qu’une forte complicité s’est tissée entre les Lions et leurs supporters pour aller toujours de l’avant. Une belle soirée de football avec un public venu en masse pour voir ses joueurs terminer ces éliminatoires avec la meilleure des manières. Ce n’était pas un match facile de prime abord, car les joueurs ne voulaient pas entendre parler de match de gala. Pour Aliou Cissé et sa bande, tous les matches doivent se jouer sur le même tempo : rigueur, sérieux et application. Dans ce contexte, la bande à coach Aliou Cissé s’est montrée soudée, solidaire et très collective ; qualités que le jeune technicien sénégalais a su inculquer à ses garçons depuis trois ans qu’il est à la tête de cette équipe nationale.

Et c’est justement pour matérialiser une fois de plus tout cela que les Lions ont crucifié les Bafana Bafana par un second but libérateur à quelques secondes de la fin du match. L’expertise locale venait de faire ses preuves. Cette équipe-là avait de la ressource à revendre pour transformer en réalité le rêve de tout un peuple. Maintenant, cap sur la reprise des éliminatoires de la Can 2019 avec la 2e journée prévue en mars entre le Sénégal et Madagascar à Antanarivo.

Comments are closed.

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

  • 2002 FIFA World Cup Korea Japan