Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pour l’essentiel, les lutteurs du Sénégal se sont bien comportés au Tolac de Dakar, à l’exception d’Oumar Diouane. Le doyen de l’équipe, d’habitude un des meilleurs éléments d’Ambroise Sarr, a livré une copie moyenne. Retour sur leur prestation.

Reug Reug, Moussa Faye, Mamadou Moustapha Sène : Ils ont assuré
Le capitaine du Sénégal, Oumar Kane dit Reug Reug mériterait sans nul doute le titre de meilleur lutteur de la compétition. Il a largement contribué au sacre du Sénégal en remportant tous ses combats en alliant le spectacle. Insatiable, il a aussi dicté sa loi dans le championnat individuel par catégorie qui l’a vu pulvériser tous ses adversaires. Même les redoutables Sinvie Boltic (Nigeria) et Adama Abdou (Niger) n’ont pas fait le poids devant le poulain d’Ameth Dème que rien ne semble plus pouvoir arrêter. Double médaillé d’or en équipe et en individuel, Moussa Faye n’a pas été en reste. Le représentant du Sénégal dans les 66 kg a lui aussi gagné tous ses combats aussi bien en équipes qu’en individuels. Et en aucun moment, il n’a tergiversé faisant toujours preuve d’une bonne maîtrise du sujet et d’un courage sans faille. Mamadou Moustapha Sène a également fait un parcours sans faute. Comme ses coéquipiers Reug Reug et Moussa Faye, il s’est adjugé deux médailles d’or.

D’un calme olympien et d’une bonne lecture de combat, il s’est très bien comporté.
En finale en individuel contre le Gambien Babacar Mboge, il a failli se faire surprendre mais grâce à une prouesse imparable, il a fini par retourner la situation en sa faveur.

Cheikh Tidiane Niang : Il a répondu présent
Très show, Cheikh Tidiane Niang a fait le boulot qu’on attendait de lui. Certes, il est le seul de l’équipe sénégalaise à n’être pas monté deux fois sur le podium, mais cela n’enlève en rien son mérite. Lui aussi a grandement œuvré au sacre de la sélection nationale. Et hormis son élimination en quarts de finale du championnat individuel par catégorie, il a bien gagné tous ses combats. 

Oumar Diouané : Le ventre mou de l’équipe
D’habitude, il fait partie des meilleurs éléments d’Ambroise Sarr lors des tournois de la Cedeao. Mais cette fois, Oumar Diouané a livré une copie plutôt moyenne. Il est, en effet, le seul lutteur à avoir concédé trois défaites, d’abord lors des éliminatoires en équipes puis en individuels et enfin à l’occasion de la finale en équipe contre le Niger. Signe de fatigue, ou méforme dûe à une blessure ? En tous cas, Oumar Diouané fait office de doyen de l’équipe du Sénégal. Il peut tout de même se consoler avec sa médaille d’or en équipes et celle de bronze en individuels.

Ambroise Sarr, entraîneur de l’équipe nationale de lutte : « Nous n’avons aucun secret à part le travail »
« Je suis content, une fois de plus, de ce sacre du Sénégal. C’est Dieu qui donne la victoire à qui Il veut et Il nous l’a, encore, offerte. Je m’en réjouis énormément. Je saisis l’occasion pour remercier les supporters pour leur forte mobilisation et leur soutien. Nous avons gagné le tournoi en équipes et nous avons eu 3 médailles d’or sur 5 dans le championnat individuel. Je crois que c’est un véritable motif de satisfaction ». « Nous n’avons aucun secret à part le travail »

Alioune Sarr, président du Cng de lutte : « Le stadium était trop petit pour abriter une si importante manifestation »
« Vous avez constaté que le stadium était trop petit pour abriter une si importante manifestation. Nous disons d’emblée, merci au ministre des Sports, Matar Bâ, pour son appui constant et surtout le président de la République Macky Sall pour le bijou qu’il nous a offert à savoir l’Arène nationale d’un montant de 32 milliards de FCfa. Je pense qu’à partir de 2019, les éditions du Tolac se dérouleront à l’Arène nationale à Pikine et je crois que nous n’aurons plus le problème que nous avons vécu aujourd’hui. A la porte, j’ai eu beaucoup d’émotions quand des gens m’ont dit qu’ils étaient venus assister au tournoi mais n’ont pas eu de place. Nous remercions également les médias ; ils ont énormément contribué à la réussite de cette manifestation. Nous remercions les entraineurs du Sénégal, la Cedeao à travers son département de la jeunesse, du sport. Le challenge est important d’autant que la Fédération internationale de lutte vient de me confier la commission de lutte africaine en son sein. Donc au-delà du tournoi de la Cedeao, il faudra se battre pour que le maximum de pays africains pratiquent cette lutte traditionnelle qui est si belle, si spectaculaire et qu’un jour que nous puissions intégrer ce sport aux Jeux olympiques ».

 

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.