Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le centre de Clermont, auteur d’un excellent match contre Toulon, savoure la qualification pour les demi-finales de la Champions Cup. Même si l’ASM a longtemps douté.Propos recueillis par notre envoyé spécialQue ressentez-vous après cette victoire contre Toulon ?
Rémi Lamerat : Elle nous permet de continuer notre aventure humblement mais avec nos convictions. On va essayer de continuer à donner du plaisir à notre public, même si ça n’a pas été le cas aujourd’hui (dimanche) à cause des conditions météo. Mais l’objectif est atteint.

C’était votre premier quart de finale européen. Qu’en avez-vous retenu ?
Je savais en arrivant dans ce club qu’il y avait une forte culture de la coupe d’Europe, héritée des anciens entraîneurs anglo-saxons. C’est resté. La coupe d’Europe a gardé une place importante. C’est une compétition où l’on n’a pas le droit à l’erreur, en Top 14 c’est différent. On sent dans la semaine un engouement à part. 

Quelles ont été les consignes d’avant-match quand vous avez constaté qu’il pleuvait ?
On n’avait pas trop prévu ça. Nos stratégie et des systèmes de jeu sont basées sur le mouvement. et l’offensive, donc forcément les leaders ont su adapter la stratégie en fonction du temps. Ce qu’a réussi à faire la charnière (Parra-Lopez) et Scott (Spedding) à l’arrière pour inverser la pression. Le problème, contre une équipe de Toulon aussi costaude, c’est qu’il est difficile de défendre aussi longtemps. Ils ont craqué sur la fin mais on s’est fait peur une grande partie du match. 

Au final, vous les avez usés…
Oui, à chaud, c’est le sentiment qui prédomine. Il y avait eu un peu de frustration après la première mi-temps avec des ballons tombés et des difficultés à mettre notre jeu en place. C’était difficile au niveau des impacts. La fraîcheur du banc nous a aussi permis de renverser la vapeur.

Malgré la fatigue du Tournoi, on vous a senti en grande forme…
Fatigué mais c’est de la bonne fatigue ! A Clermont, les internationaux sont un peu privilégiés car il y a une bonne rotation. C’est assez sympa de la part du staff de ne pas nous avoir fait jouer le week-end dernier. Sur le coup, c’était un peu frustrant mais quand on voit l’importance de ces échéances, ça nous a permis de recharger les batteries. On a une petite semaine de vacances prévue cette semaine ou celle d’après. Après, c’est la dernière ligne droite…

Le Leinster, c’est un peu l’autre «meilleur ennemi» de Clermont…
(Sourire) Moi, je ne connais pas trop l’histoire… (Il est arrivé cette saison à l’ASM) J’ai eu la chance et le privilège de jouer contre eux plusieurs fois avec Castres. C’était chaque fois un régal de jouer contre cette grosse écurie avec ces grands joueurs. Il n’y a pas besoin d’activer beaucoup de levier de motivation contre eux.

C’est une grosse partie de l’équipe d’Irlande que vous avez déjà affrontée. Qu’est-ce que le Leinster vous inspire ?
C’est très costaud, très organisé, très pragmatique, très efficace. Les Irlandais comme on les connaît… En les voyant jouer contre les Wasps, j’avais l’impression de revoir jouer l’Irlande. Avec un pack d’avants très costaud, une paire de centres très dynamique et tranchante après le numéro 9. On connaît le système de l’Irlande mais c’est dur de le contrer. 

Vous aurez l’avantage du terrain à Gerland…
Je ne connais pas trop Lyon. Mais ça a l’air sympa ! On est un peu égoïstes et on pense à nous, mais on a aussi une pensée pour les supporters qui auront plus de facilités pour venir à Lyon plutôt qu’à l’extérieur. Ça va être un gros atout dans notre manche, car quand on les entend pousser derrière nous ça nous aide à nous surpasser.

Categories: Rugby, une, Une Rugby

Comments are closed.

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

  • 2002 FIFA World Cup Korea Japan