Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Il a fait parler de lui ce samedi lors de  l’assemblée générale ordinaire de la fédération sénégalaise de football (FSF). Il, c’est bien  Diamil Faye, président de Guédiawaye Fc. Interdit d’accès à la salle, Diamil Faye a réussi à franchir les portes de l’AG pour faire valoir sa position et ses idées sur la gestion du football par Me Augustin Senghor et son bureau avant de bouder la cérémonie. Il est reparti aussitôt venu. Le président« incompris » de Guédiawaye Fc a donc laissé ses pairs poursuivre l’AG. Dans un entretien accordé à Senego, M. Faye revient sur les différends qui l’opposent à la Fédération sénégalaise de football et les dirigéants de son Club. Entretien …

« Un manque de respect et de responsabilité de la Fédération »

Senego: Pouvez vous nous expliquez pourquoi on vous refusé l’accès à la salle?

Djamil Faye: « C’est la troisième fois, depuis que j’ai ce club, où je viens à l’assemblée générale de la Fédération nationale de football et on me retiens à la porte. Aujourd’hui quand j’ai fait du boucan, ils m’ont accepté dans la salle mais sans accréditation. Ils me disent que je suis un invité alors que je suis un président de club. aujourd’hui, cela fait six (6) ans qu’ils me signent des correspondances, ils reconnaissent ma signature, j’ai engagé Guédiawaye FC en équipe féminine dans toutes les catégories, U17, U19. Et quelqu’un d’autre qui ne fait absolument rien pour un club peut se permettre de venir se présenter à l’assemblée et accréditer par la fédération. Et le président de la fédération nous dit que c’est un conflit interne. Sincèrement c’est un manque de respect et de responsabilité.  Et c’est pour cela que j’ai pris la parole et clarifier l’opinion qui était dans la salle qui connait le problème. Et après je suis sorti de la salle, de bouder cette assemblée pour les mettre devant leur responsabilité.

 Quel est le problème qui vous oppose à la Fsf?

Le problème est très simple, on a eu une association qui gérait le club avant. Guédiawaye FC tout le monde sait que c’est un club qui était en faillite. Il n’ y avait ni ballon, ni eau, ni joueur. On a signé un protocole avec eux, ils nous ont transféré la gestion du club. Quand on parle de transfert, le président de la fédération est un juriste, il sait ce que cela veut dire. Donc quand vous transférez quelque chose, vous n’avez plus la propriété pendant la période que vous l’avez transféré. Maintenant, ces personnes, chaque fois qu’il y a une AG, elles se présentent et assistent à ces AG. Et la fédération n’a pas le courage de régler ce problème.

« Nous allons saisir la Chambre de résolution des conflits »

Aujourd’hui j’ai la possibilité, si je le souhaite de signer une note et retirer toutes les équipes de Guédiawaye. Mais si je le fais, c’est les supporteurs qui seront pénalisés. La solution c’est que nous allons saisir d’abord, la Chambre de résolution des conflits et cette Chambre prendra ses responsabilités pour décider et si la Chambre ne décide pas, nous irons au Tribunal Arbitral de Sport (TAS) à Lausanne en suisse pour que le problème soit réglé une fois pour toute.

 « Ce sont des gens au niveau de la fédération qui sont en train d’orchestrer ces genres de situations »

Maintenant, nous allons engager le bras de fer pour que le problème se règle à jamais, parce que cela nous crée des problèmes. les premières années qu’on avait ce club, on avait réussi a signer des contrats de sponsoring de maillots à plus de vingt (20) millions. Aujourd’hui, on a du mal, parce que on nous met dans une situation d’un club en conflit, alors qu’il n’y a aucun conflit.  Ce sont des gens au niveau de la fédération qui sont en train d’orchestrer ces genres de situations pour nous mettre en mal. Maintenant ça suffit. on va aller à la bagarre contre tout le monde.

Comment hier, la FSF peut nous donner un chèque d’un (1) million pour une subvention et et aujourd’hui ils me disent qu’il ne savent pas qui dirige notre club. Il y a contradiction.

Est ce une faute du président Augustin Senghor ?

Me Augustin Senghor, il  est le président d’une structure, sa structure est fautive et ils sont habitués à ces genres d’erreurs. Ils ont pris mon entraîneur, la dernière fois pour l’emmener à la CAN sans mon autorisation. A un moment donné il faut que les gens commencent à bien faire les choses.

Vous vous présenterez à la prochaine élection de la FSF ?

Si je vous dis que je suis candidat à la prochaine élection de la FSF, je ferai le jeu de beaucoup de gens. Ils diront que c’est pour cela que je criais mon ras-le-bol. Je ne suis pas là pour me positionner pour quoi que ce soit. Je suis là, parce que je veux que le football soit géré d’une manière transparente. Aujourd’hui, qui est président de la fédération n’a pas d’importance, Ce qui est important, ce sont les procédures qu’on met en place. C’est la gestion qu’on met en place pour le développement de ce football. Ce football est un patrimoine pour nous tous.

La fédération serait-elle impuissante devant des conflits?

« Sur le cas de mon conflit personnel, je dirai oui, sur d’autres cas, je dirai qu’ils ont des carences. Le président Augustin Senghor l’a bien résumé. On ne peut pas dire que cette fédération fait des choses mauvaises. Dans cette fédération, il y a des gens qui sont capables, ils ont eu quelques résultats mais il y a beaucoup de carences à relever.

senego

Categories: Football, Interviews, une

Comments are closed.

  • Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.